Chaire de recherche du Canada en économie politique internationale et comparée (CRÉPIC)
augmenter la taille du texte Diminuer la taille du texte imprimerBookmark and Share
Nouvelle note de recherche : Le chaînon manquant ? Les modèles institutionnels pour expliquer l'évolution du 1% le plus riche
Nicolas Zorn, chercheur associé à la Chaire de recherche du Canada en économie politique internationale et comparée, publie cette nouvelle étude de la CREPIC.

Résumé de la note
Depuis le milieu des années 1980, la part des revenus captée par le 1 % le plus riche des pays développés a connu deux tendances distinctes; les pays anglophones ont vécu une hausse importante alors que les pays non anglophones ont plutôt connu une hausse modérée et parfois même un recul. Les facteurs institutionnels (plutôt que la langue) permettent le mieux d’expliquer ces différentes évolutions. Or, l’importance des institutions dans l’économie serait avant tout de nature combinatoire. Comme le soulignent les théories des modèles/variétés de capitalisme, une même institution n’aura pas nécessairement le même impact dans un contexte institutionnel différent, et deux combinaisons différentes d’institutions peuvent produire des effets similaires. Nous postulons que les modèles institutionnels permettent d’expliquer cette différence. Ce texte examine la compatibilité des facteurs institutionnels identifiés par la littérature avec quatre théories de modèles institutionnels différenciant les pays anglophones des autres pays développés. Cette approche ajoute un élément important dans la compréhension de l’évolution des hauts revenus.

» Consulter la note